Yannick Noah, le dernier vainqueur français de Roland Garros

Son jeu d’attaquant à haut voltage lui a permis de remporter Roland-Garros en 1983. Un succès sans suite. Mais Noah, plus tard, en tant que capitaine, a appris à l’équipe de France de Coupe Davis la « culture de la gagne ».

La popularité de Yannick Noah n’a sans doute jamais été égalée parmi les tennismen français, et même à l’échelle des Français tout court, puisqu’il a longtemps été considéré par les sondages comme la personnalité préférée des Français. Ce « showman » a conquis plusieurs générations de spectateurs, en partie grâce à sa grande sportivité : il savait rendre un point quand il estimait que l’arbitre s’était trompé. Sa reconversion en tant que capitaine fut au moins aussi fructueuse que sa carrière de joueur grâce à un tempérament de feu qu’il a su communiquer aux joueurs qu’il prit sous son aile : Forget, Leconte, Boetsch et Santoro notamment.

Repéré par Arthur Ashe

De père camerounais et de mère française, Yannick Noah grandi dans un contexte où le sport de haut niveau fait partie de la famille. Zacharie le père avait soulevé la Coupe de France de football avec le club de Sedan en 1961.

Arthur Ashe venait de remporter l’Open d’Australie en 1970, quand il se rendit au Cameroun dans le cadre d’une tournée africaine. C’est là qu’il repère le talent du jeune Yannick et l’encourage vivement à s’investir dans le tennis.

En 1978, Noah passe professionnel et en remportant coup sur coup ses deux premiers titres ATP en Asie (Manille et Calcutta) il devient très vite le fer de lance du tennis français. Il le restera au moins jusqu’à l’avènement d’Henri Leconte en 1986. Dans l’intervalle, Noah redonne un palmarès au tennis tricolore, quasiment vierge depuis la glorieuse mais lointaine époque des Mousquetaires. Le fils de Zacharie a fière allure quand il accroche à son tableau de chasse des joueurs comme Lendl, né la même année que lui, dans les tournois des jeunes.

Noah est un attaquant, qui ne trouve pas la patience des longs échanges au fond du court. Il monte à la volée et son smash est sans aucun doute le meilleur du circuit. McEnroe use de la volée, mais Noah possède des qualités athlétiques qui lui permettent d’être le meilleur dans ce domaine. Son service est également excellent.

Il met fin à la série de Lendl

En 1981, Noah atteint pour la première fois les quarts de finale à Roland Garros grâce notamment à une très belle victoire sur Vilas. C’est un autre Sud-Américain, Victor Pecci, qui élimine le Français.

Le premier grand coup d’éclat de Noah est une victoire sur Ivan Lendl en finale du tournoi de La Quinta en 1982, où il interrompt une série de 44 victoires consécutives du joueur tchécoslovaque. Certains estiment que cette finale remportée constitue le plus bel exploit dans la carrière de Noah. A Roland Garros, il s’incline face à Guillermo Vilas en quarts de finale.

En 1982, Noah et l’équipe de France réalisent un très beau parcours en Coupe Davis, qui les emmène jusqu’à la finale à Grenoble. Après avoir écarté l’Argentine de Clerc et Vilas, et la Tchécoslovaquie de Lendl, il faut affronter l’ogre américain ! John McEnroe et Gene Mayer, plus expérimentés, sont trop forts, et la déception est amère dans le clan français, d’autant que Noah n’est pas passé loin de battre McEnroe le premier jour, ce qui aurait pu changer beaucoup de choses.

Le premier français à remporter Roland Garros depuis 37ans !

En 1983, Noah va réaliser l’exploit que tout un peuple attendait depuis 37 ans : la victoire d’un Français à Roland Garros. Il pêche deux gros poissons : d’abord Ivan Lendl puis, en finale, le tenant du titre Mats Wilander. Vainqueur, il tombe dans les bras de son père, une image qui fait le tour du monde et qui bouleverse des millions de téléspectateurs. Il est le dernier grand volleyeur à avoir triomphé dans l’antre de la Porte d’Auteuil.

Pourtant, si Noah maintient sa place dans le top 10 pendant plusieurs saisons, ses résultats en Grand Chelem ne seront jamais à la hauteur des espoirs placés dans ce nouveau champion. On pourrait incriminer son physique qui l’a souvent trahi, mais aussi des faiblesses sur le plan mental.

En 1985, Noah fait le voyage d’Asuncion pour le match de Coupe Davis contre le Paraguay. Une ambiance de corrida, un public dissipé, voire détestable. Les Français écœurés s’inclinent face à Victor Pecci. Cette année-là, Henri Leconte rivalise avec Yannick Noah pour le titre de n°1 français, et va d’ailleurs conforter ses prétentions à Roland Garros en battant son aîné pour la première fois. A l’US Open, Yannick est battu par Lendl au stade des quarts de finale, ce qui reste un parcours honnête. Il échoue avec Leconte en finale du double face à la paire américaine Flach-Seguso. Ken Flach a trompé la vigilance de l’arbitre en niant avoir touché une balle qui donnait le troisième set aux Français.

Grâce à son beau début de saison 1986 – titre à Forest Hills avec une victoire sur le n°1 mondial Lendl, finale à La Quinta, puis à Monte Carlo, demi-finale à Rome – Noah prend la place de n°3 mondial et devient ainsi le joueur français le mieux classé depuis la création du classement ATP. Malheureusement, alors qu’il est très attendu à Roland Garros, où il se voit bien conquérir une seconde fois le trophée, Yannick doit déclarer forfait à cause d’une brûlure avant son match contre Kriek.

Deux Coupes Davis et une Fed Cup en tant que capitaine

La suite est un lent déclin, Noah atteignant toutefois les demi-finales de l’Open d’Australie en 1990, avec une victoire sur le jeune prodige américain Pete Sampras.

Noah arrête sa carrière de joueur en 1991, il devient capitaine de l’équipe de France et lui inculque la culture de la gagne, avec un succès évident. Capitaine de Coupe Davis, il remporte le Saladier en 1991 et 1996 et la Fed Cup avec les filles en 1997.

Après le tennis, Noah le métisse a conquis un autre public, celui des années 1990 à 2010, avec sa musique exotique, aux messages prônant la fraternité entre les races. Un succès dans la chanson entamé d’ailleurs en 1991, à Lyon, l’année qui se termina en apothéose, quand il fit fredonner son tube Saga Africa à tout un stade pour célébrer la victoire de la France en Coupe Davis face aux Etats-Unis. Ses efforts ont également été orientés vers l’aide humanitaire avec l’association caritative Les Enfants de la Terre fondée par sa mère Marie-Claire Noah en 1988, ou encore Fête le Mur que Yannick préside depuis 1996.

Laurent Desbois

Lire l’article original sur CHRON’OPEN, notre partenaire

Soumettre votre commentaire

Veuillez entrer votre nom

Votre nom est nécessaire

Veuillez entrer une adresse email valide

Une adresse email est nécessaire

Veuillez entrer votre message

Sport Legends © 2014 Tous droits réservés

Powered by WordPress